En France, près d’un quart des couples rencontrent des difficultés pour avoir un enfant, explique le professeur Jean-Philippe Wolf, chef du service de biologie de la reproduction à l’hôpital Cochin (Paris XIVe).
Il y a certes les raisons médicales et il y a également les raisons psychologiques qui empêchent la réalisation de ce beau projet dans la vie du couple.
Et quand les mois passent, commencent à s’installer la peur de ne pas y arriver, la douleur physique et psychique des examens et des traitements.
C’est à ce moment que l’accompagnement, en parallèle de l’équipe médicale, a tout son sens. Donner la force et la douceur au corps de la femme de créer les conditions nécessaires à la nidification pour accueillir le peut-être à venir.

Les séances dans ce cas vont s’axer sur la libération des blocages, souvent inconscients, qui pourraient s’être mis en place via par ex l’EFT ou l’hypnose, de travailler sur la sérénité de l’esprit et de renforcer le corps via l’énergétique. Et si un protocole d’insémination ou de FIV est engagé, il faut alors pouvoir soutenir la future mère dans cette épreuve qui ressemble à un parcours du combattant avec les piqures, les tests, les prises de sang … Peut-être faudra t-il aussi soutenir le conjoint sur le plan psychique. Redonner cet élan nécessaire pour insuffler la vie malgré les aléas, déceptions, y croire encore, balayer les peurs, les douleurs, y croire toujours et accompagner enfin ce ventre qui s’arrondit de mois en mois.

L’accompagnement des troubles de la fertilité est un sujet douloureux pour toutes les personnes qui y sont confrontés et c’est un sujet qui est souvent difficile à aborder entre amis, parents … cela relève tellement de l’intime. C’est pour cela également, qu’il faut accepter l’idée de se faire accompagner et se donner les moyens d’aborder ce merveilleux projet dans les meilleures conditions. La fréquence et la durée du suivi sera donc en corrélation avec l’histoire de vie de la ou les personnes concernées.