burnout

Le terme burnout est aujourd’hui dans le langage commun, toutefois nous avons tendance à l’utiliser au delà de sa signification « légale ».

En effet, le burnout est jusqu’à présent reconnu comme un épuisement en lien avec le travail. Cela signifie que les instances ne reconnaissent pas les termes de burnout parental par exemple, comme il serait inutile de parler de burnout professionnel, puisque redondant.

Au delà de la sémantique, ne devrions-nous pas être interpellés par le fait que le terme burnout existe mais pour autant n’est pas reconnu comme une maladie, et on ne parle pas de maladie professionnelle, nous n’en sommes pas là. De même, ne doit-on pas s’interroger sur le manque de connaissance de ce syndrome (pour reprendre le terme de H. Selye à l’origine de la mise en évidence du burnout), car si la littérature est riche sur « comment l’éviter ou comment s’en remettre », il existe peu d’écrits sur le lien entre fonctions cognitives (qui sont pourtant les plus impactées par le burnout au regard des retours des victimes) et burnout, sur la biologie et la neuroanatomie du concept. Ces deux domaines, biologie et neuroanatomie sont pourtant fortement impactées par le syndrome. A suivre …