Connaissez-vous l’état de flow ?

Cet état est caractérisé par un état optimal de la conscience pendant lequel nous nous sentons le mieux et agissons au mieux, le flow se réfère à ces moments où la concentration devient si intense que tout le reste disparaît. Pendant le Flow, la créativité et la motivation s’améliorent de près de 400 % et les performances physiques et mentales augmentent considérablement. (Steven Kotler et Jamie Wheal)

Le flow est un état modifié de conscience que l’on attend par la respiration, les sons vibratoires, la méditation ou encore l’hypnose.

Dans cet état modifié de conscience, 6 neurotransmetteurs sont produits en des quantités et avec des concentrations variées : norépinéphrine, dopamine, endorphines, sérotonine, anandamide et ocytocine. Le processus par lequel s’approfondit la sensation de bien-être se déroulerait ainsi : augmentation des taux d’épinéphrine et de dopamine, augmentant l’attention et la concentration. Cela nous permettrait non seulement d’avoir accès à plus d’informations sur notre environnement, mais également d’augmenter notre perception des patterns, donc d’établir de nouveaux liens entre les informations.
Puis, le cerveau émet moins d’ondes bêta (liée à la conscience de veille ordinaire) et produit un plus grand nombre d’ondes alpha, qui caractérisent un état plus relaxé. C’est à ce moment que se produit également le phénomène d’hypofrontalité transitoire ou certaines parties du cortex préfrontal (zone de la planification et des décisions) commencent à se désactiver … Cela a pour conséquence, selon Steven Kotler et Jamie Wheal, de faire taire notre « critique intérieur » et d’effacer « les distractions concernant notre passé et notre futur »…. Vous savez ce qui nous empêche le fameux lâcher-prise ! Tous ces changements éliminent les filtres normalement appliqués aux données entrantes, ce qui permet d’accéder à de nouvelles perspectives et idées.

Au fur et à mesure qu’on explore plus profondément cet état, une augmentation d’endorphines et d’anandamide, est observée. Les endorphines diminuent la sensation de douleur, tandis que l’anandamide augmenterait la capacité de « pensée latérale », nous permettant d’effectuer des connexions mentales encore plus créatives. Enfin, au stade ultime, notre cerveau sécrète de l’ocytocine et de la sérotonine, augmentant la sensation de paix intérieure, mais également avec autrui. Et ce tandis que l’électro-encéphalogramme remarque une augmentation des ondes thêta, propres à l’état de rêve.

Ainsi, non seulement cet état amène une sensation de bien-être, mais il permet également d’accéder a plus de ressources. C’est – presque – magique !