Sauriez-vous faire la différence entre méditation, sophrologie et hypnose ?

Formée dans ces 3 domaines, je vous propose ma propre vision des ressemblances et des différences de ces techniques.

La méditation (pleine conscience – mindfulness) est le fait de vivre dans le présent, d’arrêter le flot continu des pensées qui nous baladent entre le passé (j’aurai dû, j’ai oublié de …) et le futur (il faut que, je dois penser à …). Elle permet de sortir des ruminations qui sont la porte d’entrée à l’anxiété.
Méditer permet de réaliser que les émotions, les pensées, les ressentis, ne sont que des expressions passagères, et que le confort peut revenir en se focalisant sur l’instant présent via la respiration ou l’attention au corps.
La méditation aide à se réconcilier avec la réalité du moment, parce que le passé n’est plus et le futur n’est pas encore, le lâcher-prise est une des conséquences de la méditation. Méditer permet également d’améliorer la concentration et l’attention, de calmer l’agitation mentale et même la sensation de douleur.

Quant à la sophrologie, c’est une technique qui amène également à renouer avec le lâcher-prise, en passant par le corps et la respiration. Cette pratique permet de développer de nouvelles habitudes mentales et d’ouvrir en douceur des portes jusqu’alors fermées, des portes pour autant nécessairement ouvertes si l’on souhaite vivre en harmonie. Si l’on ne peut changer le passé, on peut changer la façon de le percevoir. L’état sophroliminal est le moyen d’accéder à un niveau de conscience qui permet un réel travail sur soi afin d’initier des changements. La sophrologie intègre la méditation dans sa propre pratique.

La méditation et la sophrologie ont des principes communs à savoir le travail sur l’attention à soi ou l’environnement, la concentration, l’accueil sans jugement (pas évident au départ !); en revanche, la pleine conscience est axée sur l’instant présent alors que la sophrologie va travailler sur le passé, le présent et le futur (entre autre par des visualisations) en y intégrant une notion positive dans une visée de reconstruction.

Quant à l’hypnose, elle vise a proposer à l’inconscient : cette partie de nous qui est toujours présente et qui gère (à contrario de la conscience qui est plus dans l’analyse), des suggestions de comportements plus congruents que ceux actuellement en place. Il s’agit donc, en quelque sorte, de déconditionner un comportement nocif ou nuisible (comme par ex le fait de fumer) et de le remplacer par un comportement sain définit par l’objectif de la personne. Pour installer une personne en hypnose, nous parlons d’état modifié de conscience (la conscience étant moins présente, moins active, comme lors des phases d’assoupissement), il est nécessaire de passer par une étape d’induction qui se fait souvent par la connexion au corps ou à l’environnement, comme en méditation ou sophrologie.

Ces trois méthodes ont des effets similaires à savoir l’installation d’une détente, de calme, même si ce n’est pas l’objectif principal c’est néanmoins un des effets secondaires nettement apprécié par les pratiquants ! Mais en sophrologie et en méditation, l’objectif est l’autonomie de la personne à terme, ce qui est moins évident en hypnose ou l’induction mais également les suggestions sont du ressort de l’intervenant.