Le sucre, mon ennemi …
 
Un coup de blues et on se ferait bien un petit truc sucré pour remonter le moral ? Erreur, grave erreur !
Des chercheures américains ont montré que la consommation de sucres ajoutés ou transformés amplifie les symptômes dépressifs en perturbant des fonctions de l’organisme.
 
Le sucre va effectivement donner quelques instants éphémères la sensation de réconfort, mais derrière c’est tout un processus de destruction qui s’installe : le sucre est pro-inflammatoire, ce qui engendre un risque accru de dépression. Et il y a également des effets sur le microbiote, une résistance à l’insuline, la perturbation du système cérébral de la récompense et un stress cellulaire.
 
Un coup de moins bien ? mangeons des fruits, et des fruits à coque.
Article Cerveau & psycho Février 2020