Lorsqu’il y a un enjeu, que ce soit dans l’obtention d’un diplôme, d’un job ou d’une réussite sportive, il y a alors forcément du stress. Focalisés sur l’objectif, l’importance d’y arriver, nous ne sommes pas toujours conscients que nous nous mettons la pression et que, dès lors, nous nous donnons moins la capacité de réussir.
Et c’est là tout le paradoxe du stress, s’il devient trop prégnant, il va aboutir à une perte des facultés nécessaires à l’atteinte de l’objectif, c’est bête tout de même !

Lorsque le stress monte par action du cortisol, un mécanisme vieux comme le monde (ou presque !) se met en place. Car s’il y a stress, il y a danger selon l’esprit, il convient donc de se mettre en situation de répondre rapidement pour la survie. Hors, la partie développée de notre cerveau, celle qui permet d’analyser, de réfléchir, est lors d’un stress important, coupée au profit de la partie du cerveau qui réagit vite : le système limbique qui a permis à nos ancêtres de survivre du temps des chasseurs-cueilleurs.

Et c’est là tout le problème, l’évolution environnementale a évolué plus rapidement que notre corps, ce qui nous amène à avoir parfois, souvent diront certains, des réactions mal adaptées.

C’est probablement ce qui s’est pas passé lors du match de final de TOP 14 ce we. Les Toulousains déjà champions d’Europe ont, déjà, rempli leur contrat, avoir le bouclier de Brennus sera donc un (agréable) bonus. Tandis que les Rochelais, pourtant favoris, ont envie de cette revanche après avoir perdu au fil du rasoir. On imagine aisément la tension chez les Rochelais, la dernière marche met une pression folle à toute l’équipe ; il faut réussir, après une si belle année, ils ne peuvent rester sans titre. Ce qui donne une équipe tendue qui a du mal à trouver des solutions sur le terrain, logique puisqu’en état de stress les joueurs n’ont plus accès à leur capacité d’analyse, le corps considérant que la survie est en jeu, le circuit complexe n’est pas disponible pour mettre en place des stratégies.
Et c’est ainsi, que les Toulousains totalement décomplexés et sereins, vont déployer un jeu qui va leur permettre de gagner face à des joueurs figés par l’enjeu.