La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire qui attaque le système nerveux central. Le maladie s’aggrave lentement dans la plupart des cas et dépend entre autres de la gravité des signes et symptômes et de la fréquence des rechutes. La sclérose en plaques est une maladie qui touche le système nerveux, en particulier le cerveau, les nerfs optiques et la moelle épinière. Elle altère la transmission des influx nerveux et peut se manifester par des symptômes très variables : engourdissement d’un membre, troubles de la vision, sensations de décharge électrique dans un membre ou dans le dos, troubles des mouvements …

En amont d’un protocole d’accompagnement de la SEP, en parallèle au suivi médical, il convient de travailler sur la partie émotionnelle, qui est une composante importante de cette maladie. Car sans moral d’acier, point de mieux-être ; puis il y a le travail sur la capacité de la personne à renforcer ses défenses immunitaires, a transformer ou modifier les désagréments de la maladie.

C’est un travail complet qui amène souvent la personne dans une découverte de soi intéressante et libératrice.

Les cas de sclérose en plaque que j’ai accompagné ont nécessité plusieurs mois de suivi, j’ai vu certaines personnes se débarrasser de leur canne, retrouver une vie sociale et même amoureuse. A chaque fois ils ont ressenti un réel mieux-être, une amélioration de leurs conditions de vie. Certains se sont complétement investis dans les outils, ce qui leur a permis d’avancer très rapidement à leur plus grande satisfaction. Dans ce type de maladie complexe, il faut néanmoins être lucide, nous ne sommes pas sur des séances de gestion des émotions pour 3-4 séances en moyenne, il faut compter plusieurs mois pour sentir une amélioration s’installer et perdurer. J’ai donc observé des cas de SEP ou le développement a été stoppé voir inversé.

Nette amélioration du transit et de mon sommeil.

Accompagnement douleur chronique