mémoire

Quand la mémoire s’emmêle ?
Phénomène qui semble s’accroitre avec la maturité, pour ne pas dire avec l’âge, nous observons que nous sommes de plus en plus souvent gagnés par des trous de mémoire. « Mais qu’est-ce que je suis allé(e) chercher dans cette pièce ? » « Ou est sont mes clés ? », sans parler des information relatives à un dossier en cours, à un cours appris …
Que se passe-t-il donc dans notre mémoire pour en arriver là ?

Si l’on ne retrouve pas aisément le trousseau de clé, c’est que notre mémoire de travail n’était pas totalement disponible lors de la tâche.
Car il n’y a pas une mémoire …. mais des mémoires, qui interagissent les unes avec les autres.
On distingue deux grandes catégories de mémoire : la mémoire à court terme et la mémoire à long terme.
Cette dernière permet de se souvenir, d’évènements souvent marquants comme l’anniversaire des 18 ans par ex ou qui était « Jeanne d’Arc » ; mais aussi des habilités motrices dont nous avons besoin dans la vie de tous les jours.
Ces informations enregistrées dans la mémoire à long terme, dont on dit que sa capacité est infinie, vont perdurer et pourvoir être récupérées selon les besoins (en dehors des pathologies liées à la mémoire).

Alors pourquoi ne puis-je pas me souvenir d’où sont posées mes clés ?
Parce que le souci vient alors de la mémoire de travail. Cette mémoire, a un rôle à court terme, et est constamment sollicitée par de très nombreuses informations provenant de nos 5 sens. La mémoire de travail pour retenir l’information, a besoin de l’attention et de la concentration, car elle doit opérée des tris entre ce qui semble important ou non. C’est donc ce processus qui va engendrer, ou non, notre faculté à nous souvenir d’où nous avons posé nos clés 2 mn avant.

Si les neurosciences nous permettent de comprendre comment sont mobilisées nos mémoires, il existe des pratiques qui nous permettent de jouer sur les particularités de celles-ci afin de les optimiser. En effet, contrairement à ce que nous croyons, nous retenons beaucoup plus de choses que nous le pensons, mais la façon dont l’information est encodée puis répétée et récupérée, va fortement impacter nos capacités à restituer aisément, dans le temps, une information juste.

Par ailleurs, le système nerveux au travers du stress, va également avoir un impact sur la qualité de la restitution de l’information.

Nous pouvons travailler nos mémoires, nous devons les entretenir également, afin de bénéficier le plus confortablement possible de leurs formidables capacités.